25.2.17

Le Merinos

Voilà un autre projet tricot assez long. Je l'ai commencé il y a longtemps et, alors qu'il ne me restait que les bandes de boutonnage à faire, je l'ai lâchement abandonné dans un coin ( c'était sans doute trop rébarbatif de faire des allers-retours sur 6 points ).

Et puis, cet hiver, la défaillance de la clim au travail m'a poussée à fouiller désespérement dans ma garde robe pour trouver des pulls chauds. Et je n'en ai pas trouvé beaucoup. Je me suis alors souvenue de mon gilet boulet et je me suis enfin décidée à le finir.




Il y a quelques années, j'avais eu une envie soudaine de tester un fil "noble", de la qualité en somme, et production française en prime. J'avais alors choisi la laine Pur mérinos français de chez Bergère de France ( produite à Arles ).
J'avais opté pour le modèle qui allait avec : le gilet n°30 du Mag.177 de Bergere de france.









Il est clair que c'est un fil exceptionnel pour les points en relief, d'une chaleur incroyable avec un toucher sec. Et même très sec, ce qui l'a rendu assez fatigant à tricoter. C'est peut-être dû à la teinte de la laine. J'ai souvent remarqué que les fils bruts ou peu teintés étaient souvent plus doux et plus souples, par rapport aux fils de la même qualité teintés dans les bleus ou les verts, la teinture abîme un peu les fibres.

Le résultat est agréable au toucher et donne un tricot "compact". C 'est la raison pour laquelle c'est l'un de mes rares tricots que je ne lave pas en machine, j'ai l'impression qu'il pourrait feutrer.

( D'ailleurs pour la petite histoire, quand je le lave à la main et donc que la laine est mouillée, on sent encore une discrète odeur de mouton ! ça disparait évidemment au séchage )

Concernant le modèle, il faut bien maîtriser les torsades, les mailles ensembles, et le modèle est assez long à réaliser.




Les détails :





Au final, je suis assez fière du résultat. J'aime son côté rustique, et j'ai l'impression de porter un pur produit issu de l'artisanat, 100% français, le luxe ultime !





23.2.17

Le plaid

Pas mal de temps s'est écoulé depuis mon dernier article. J'ai été très occupée. J'ai cherché, puis trouvé pour enfin acheté une maison. Puis j'ai fait des travaux dedans pendant 8 mois. J'ai préféré continuer à coudre et à tricoter sans blogger pour "economiser" du temps.

Mais me revoilà, il faut croire que ça me manquait un peu ! ( et aussi parce que je suis en arrêt, coincée à la maison sans rien pouvoir faire à cause de ligaments abimés au niveau de la main droite : horreur je ne peux plus tricoter !!! Ne rien faire, ça ne m'était pas arrivé depuis longtemps )

Un des projets les plus longs a été sans aucun doute celui ci : un plaid !




Tricoté avec des aiguilles numéro 5, je le voulais long, mais la largeur a été limitée par la taille de mes aiguilles droites. J 'ai utilisé les plus longues que j'ai trouvées ( jamais d'aiguilles circulaires pour moi, ça m 'oblige à changer ma façon de tricoter et ça me ralentit beaucoup trop ! )
Il est tricoté en baltic de chez Bergere de France. Fini depuis octobre, je l'utilise quotidiennement, et il passe regulièrement à la machine à laver ( programme laine ) sans problème.

Je me suis inspirée du modèle de poncho du catalogue Bergere de France 2015/2016 si je me souviens bien ( désolée pour cette imprecision, ce livre appartient à ma mère et je lui ai rendu depuis ). En fait j'ai repris la grille du motif.


Je suis ravie d'y avoir passé du temps vu à quel point il m'est utile. Et ça fait quand même plus d 'effet que tous les plaids horriblement chers en imitation tricot plus ou moins ratée que j'ai vus en magasin. J'espère pouvoir me lancer dans un autre projet de plaid pour l'hiver prochain !



Mais d'ici là, j'ai beaucoup d'autres choses à vous montrer !

10.7.15

Maxi dress

C'est le temps des vacances, des visites d'ailleurs, des randonnées mais aussi des récoltes au jardin avec les fraises, les cerises et les groseilles ( vive le congélateur car c'est un peu difficile de suivre au niveau confiture ). Cela faisait tellement longtemps que je n'avais pas eu une pause aussi longue ( 3 semaines ) que j'avais presque oublié ce que ça faisait.

Et presqu'un mois de pause internet, je n'ai donc pas encore bloggué le petit gilet en coton tricoté, ni ma blouse broderie anglaise, ni ma nouvelle chemise Granville préférée, tout ça arrive certainement bientôt sur le blog. 

La reprise du travail et des heures supplémentaires se profilent à l'horizon mais pour l'instant je profite encore du soleil !

Je me suis enfin cousue la maxi dress dont je rêvais depuis longtemps. J'ai trouvé un super tissu très fluide à motif graphique à l'un de mes magasins de tissus préférés ( magasin ayant déménagé suite à un incendie, je pense que mon tissu a réchappé des flammes au vue de son odeur de fumée persistante avant qu'il ne passe à la machine !)






5.6.15

Essai lingerie

La lingerie n'a jamais fait partie de ma longue " to do list" couture ( c'était le cas pour les jeans aussi, à la base ). Mais c'était sans compter sur mes péripéties shopping. J'ai désespéramment cherché un modèle de lingerie qui couvre décemment les fesses sans monter jusqu'au nombril ( pour éviter le côté mémérisant ), tout en évitant de scier la cuisse. Le genre de modèle idéal à porter dans les vestiaires des salles de sport, les rendez vous médicaux, les séances de kiné etc ... Et en tentant de ranger un peu mon stock de tissu, je suis tombée sur un morceau de jersey noir que j'avais récupéré d'une jupe qui ne m'allait plus. Je me suis dit que ça serait pas mal de tester la couture de petites culottes avec ce tissu, d'autant plus que j'avais dans mon stock mercerie un élastique à picots noirs.

J'ai alors commandé le patron 5256 de Lekala, mais quand j'ai assemblé mes pages A4, je me suis aperçue qu'il y avait un gros problème au niveau de la pièce arrière qui était beaucoup trop grande (alors que le devant était bon, plutôt étrange !).

Je me suis donc décidée à sortir mon livre " Devenir modéliste : la lingerie féminine", pour dessiner le patron moi-même. J'ai fait une taille 38 et j'ai respecté absolument toutes les mesures de cette taille. J'ai trouvé la confection du patron super facile et rapide.


A droite : premier essai. A gauche : deuxième essai avec corrections



4.6.15

Top à manche froncée

J'ai cousu il y a quinze jours environ ce haut en jersey pour les jours d'entre deux saisons (il a bien été utile, j'espère qu'il ne le sera plus jusqu'à l'automne car aujourd'hui est le premier jour de vrai beau temps !). J'ai choisi un patron déjà testé et approuvé ici : le haut 127 de BURDA février 2015. A l'époque de la couture du premier haut, je n'avais pas encore de surjeuteuse. Maintenant que je suis équipée, la couture est encore plus rapide. Malgré tout, j'ai fait des finitions à la main ( comme d'habitude ).


29.5.15

Ceci est une toile

D'ordinaire, je reste assez imperméable aux sorties de patrons des marques indépendantes car je n'ai pas la morphologie "cible" et rien ne m'agace plus que d'avoir à faire des ajustements sur un patron "pochette". Je ne vois pas l'intérêt de payer plus cher un patron que je dois largement retoucher.

Récemment, je me suis intéressée de plus prés à la marque Sewaholic, après avoir découvert que c'est une marque canadienne de patrons qui cible les morphologies en "poire" ( terme peu élégant je vous l'accorde, mais au moins, on voit tout de suite de quoi l'on parle ).

Du coup, j'avais déjà précisé dans un autre article que j'avais voulu testé la Davie dress ( un modèle en jersey, on limite donc les risques de foirer complètement le vêtement car le tissu est extensible ). Le test est validé mais je n'ai pas encore de photo portée ( faute à la météo ). En étudiant ce patron, je me suis aperçue que le tableau des mesures de Sewaholic correspond quasi parfaitement à mes mensurations, et ça, c'est suffisamment exceptionnel pour être souligné.

Attention, cet article n'est pas sponsorisé.

Donc, étant fan de chemises, j'ai voulu testé le modèle Granville. J'ai superposé par curiosité mon patron de la Granville avec mes autres patrons de chemise pour lesquels j'ai dû faire des ajustements ( Burda et Simplicity ). Et là, je n'ai pas eu autant de chance que Biquette, ça ne "matche" pas du tout on voit clairement que la courbe des hanches de la Granville est bien plus importante, la taille est plus fine et les épaules aussi. Les emmanchures aussi sont différentes. Je me suis dit : "Bingo, allons y gaiement".

J'ai donc choisi pour diminuer mon stock de tissus faire une toile un coupon de coton fin acheté 2 euros il y a quelques années à toto Lille au poids. Ce compon présentait des défauts de coloration, un côté étant plus clair, et il était jeté : les lignes des carreaux faisant plutôt des vagues. En plus, la petite taille du coupon ne permettait pas de faire des raccords de carreaux. Mais pas grave après tout, c'est juste une toile, donc je ne l'ai même pas lavé le tissu avant de le coudre.

 
Manches retoussées

26.5.15

Chemise loose

En lisant de temps en temps quelques blogs/sites mode, j'ai été prise d'une envie de chemise oversize. D'autant plus qu'elles sont souvent présentées glissées sur l'avant dans un jean roulotté à la cheville avec des baskets blanches au pied. Et ça tombe plutôt bien car je porte souvent le duo jeans/converses claires.

Mais mon inspiration "mode" s'arrête là, pour le reste, j'ai fait à ma sauce. J'avais un coupon de coton/lin bleu dans mon stock, très léger sans être transparent. Et en fouillant dans mes patrons, je me suis dit que la chemise 101 de burda 02/2013 ferait l'affaire pour un style "chemise boyfriend" !



En dessous, je porte sur la photo mon top froncé ( bah oui parce qu'en ce moment on est largement en dessous des températures normales de saison !)